Skip to main content

Nous suivre au fil des mois...

Novembre 2022

Déboisement à Châtillon : on invite les médias sur le chantier!

Le 16 novembre dernier, le LIFE Connexions a organisé sa première conférence de presse. L’objectif était de rassembler différents journalistes et de les informer sur les actions de déboisement en cours à la sablière de Chatillon.

De manière générale, il est fréquent que ce type d’intervention, à première vue paradoxal dans un projet de conservation de la nature, soit mal perçu. Ce fut le cas lors du précédent projet actif sur le même site, le LIFE Herbages, où les travaux avaient fait parler d'eux. Pourtant, la partie restaurée à l'époque est aujourd'hui riche d'une biodiversité tout à fait remarquable. Ainsi, en invitant les médias directement sur le chantier, nous voulions assurer une bonne communication concernant ces travaux. Opération réussie, puisque pas loin de 10 médias ont répondu à notre invitation.

En réalité, le déboisement d’essences telles que des résineux ou de jeunes feuillus de régénération sur l’ancienne sablière de Lannoy permettra de retrouver un habitat prioritaire qu’est la pelouse sur sable acide (nardaie), devenue très rare en Wallonie. La restauration de cet habitat sera bénéfique aux espèces inféodées à ce type de milieu comme, par exemple, le Lézard des souches. 

Octobre 2022

Le Géant reprend des couleurs

Il y a plus de 20 ans, les plantations résineuses bordant le Tombeau du Géant ont été converties en prairies afin de mettre en valeur ce site exceptionnel. Aujourd’hui, ces milieux ouverts font partie intégrante de ce paysage emblématique de la Semois.

Pour aller encore plus loin dans la protection de ce site, un projet de réserve naturelle y voit le jour et des actions de restauration viennent d’être réalisées par le LIFE Connexions. Au programme : semis d’espèces caractéristiques provenant de la région, après mise à nu partielle du sol favorisant la germination des graines. L’objectif étant de retrouver une flore typique des prairies mésophiles.

Si la phase de restauration peut paraître impressionnante, la flore qui se sera installée d’ici quelques années attirera à son tour toute une série d’insectes et autres espèces associées, donnant place à un habitat riche en biodiversité qu’il vous sera possible de découvrir sur les sentiers longeant les prairies ou, en prenant un peu de hauteur, depuis le fameux point de vue de Botassart.

Septembre 2022

Boiron, une réserve qui a doublé de taille !

C'est lors de ce mois de septembre 2022 qu'un gros achat s'est concrétisé dans le cadre du projet LIFE Connexions !

La réserve naturelle de Boiron (Gedinne) voit ainsi sa superficie multipliée par deux ! De onze hectares au début du projet, la réserve couvre à présent une superficie d'un peu plus de 22 hectares. Une belle réussite en termes d'agrandissement et de connexions !

Cette réserve, s'articulant autour des vallons du Ruisseau des Vieux Prés et du Ruisseau de Boiron, est constituée d'une mosaïque d'habitats formant un paysage typiquement ardennais. Ainsi, les ruisseaux sont bordés par de la mégaphorbiaie, des prés à bistorte ou encore par de la forêt alluviale. Les zones plus sèches accueillent des prairies maigres de fauches et même de la nardaie là où les pentes sont plus fortes. Dans les zones de sources se développe, très localement, un habitat tout particulier, la boulaie tourbeuse.

Tant d'habitats que le projet LIFE Connexions va maintenant restaurer sur les onze hectares nouvellement protégés !

Août 2022

Moissonner pour mieux semer

En ce début du mois d'août, la plupart des plantes à fleurs de prairies ont eu le temps de former leurs graines ; c’est le moment parfait pour récolter celles issues de nos plus belles prairies (« prairies sources ») afin d’ensemencer des prairies voisines moins diversifiées ou en cours de restauration.

Pour récolter ces graines, plusieurs techniques existent. Pour les très petites surfaces (et pour les plus téméraires), la récolte peut se réaliser à la main ou à l’aide d’un filet à moisson. Pour les surfaces moyennes, l’utilisation d’une simple tondeuse à gazon fait très bien le travail. Pour les plus grandes surfaces, à l’instar de la moissonneuse-batteuse pour récolter leurs graines de céréales, les plantes à fleurs ont leur « moissonneuse à brosses ».

Le semis comporte également plusieurs techniques. Pour les petites surfaces (< 2ha), le semis peut être réalisé (pour les plus téméraires encore une fois) à la volée. Pour de plus grandes surfaces, l’épandage du foin ou le semis direct des graines est préférable.

L’une des plantes les plus recherchées à moissonner (et donc à semer) est le Petit Rhinante (Rhinanthus minor), considéré comme le « pique-assiette » des prairies. En effet, cette plante est « hémi-parasite » ; elle est autonome pour sa partie aérienne, réalisant la photosynthèse mais dépendant pour sa partie souterraine des plantes voisines, pénétrant leurs racines pour en subtiliser les éléments nutritifs. Attaquant préférentiellement les graminées, il permet d’en diminuer les effectifs et d’ainsi laisser un peu de place aux plantes moins compétitives pour s’implanter. Ce Petit Rhinanthe est donc, par ses caractéristiques biologiques, un véritable allié pour une restauration écologique réussie, notamment dans le cas de prairies maigres de fauche.

Mais le déplacement volontaire de graines ne se fait pas sans respecter certaines règles. Pour en savoir plus, lisez cet article scientifique co-édité par Thibaut GORET, Xavier JANSSENS et Sandrine GODEFROID dans le cadre des projets LIFE « Prairies Bocagères » et « Herbages ».

Juillet 2022

Un camp de gestion en Croix-Scaille

Entre le 18 et le 22 juillet derniers, les volontaires de la régionale Natagora Lesse et Houille se sont retroussés les manches pour filer un coup de main au LIFE Connexions !

Durant une semaine, les motivés ont ainsi pu participer à divers chantiers de restauration : débroussaillage, restauration d'un chemin d'accès et même démontage de chalets abandonnés. Pour agrémenter ces moment de travail, quelques balades ont été réalisées au sein de réserves naturelles agréées et domaniales concernées par le projet LIFE. Cette semaine fut également l'occasion de découvrir les inventaires papillons avant restauration et faire l'observation de diverses espèces peuplant les réserves de la région (Cigogne noire, Bondrée apivore, Cassenoix moucheté, etc.).

En résumé, une semaine de convivialité et de sensibilisation à la conservation de la nature !

Juin 2022

En juin, les inventaires battent leur plein !

Entre début mai et fin juillet, les inventaires battent leur plein au sein de la zone du projet. Qu'il s'agisse des plantes caractéristiques, des papillons de jours ou des abeilles sauvages, toute l'équipe s'attelle à la réalisation de ces inventaires dont les objectifs sont multiples. Premièrement, il nous faut réaliser des inventaires préparatoires. Ceux-ci ont pour objectif de déterminer les sites qui méritent d’être protégés et/ou restaurés et/ou connectés en priorité. L'état de conservation des habitats ciblés par le projet est alors évalué grâce à la présence et au recouvrement des plantes caractéristiques. Par ailleurs, des inventaires ciblés sur le Cuivré de la bistorte (Lycaena helle) sont réalisés de manière à déterminer l'état des populations actuelles. Deuxièmement, il nous faudra évaluer les effets des travaux de restauration sur la végétation et sur les pollinisateurs. C'est pourquoi nous réalisons des inventaires sur les parcelles qui vont être restaurées avant que les travaux n'aient lieu de manière à pouvoir comparer la situation avant et après restauration.

Mai 2022

On fête les 50 ans de la réserve naturelle de Devant-Bouvignes et les 30 ans des projets LIFE !

Le samedi 14 mai, nous fêtions deux anniversaires sur les pelouses calcaires du dinantais. En effet, la réserve naturelle de Devant-Bouvignes a 50 ans cette année ! Mais 2022, c'est aussi l'année où le programme LIFE souffle ses 30 bougies !

Pour l'occasion, un parcours parsemé de différents stands permettait aux visiteurs de découvrir la réserve, sa faune, sa flore, ses méthodes de gestion mais aussi d'en apprendre plus sur ces grands projets de conservation de la nature que sont les projets LIFE.

Soulignons que, pour le plus grand bonheur des visiteurs, l'Orchis singe et le Flambé étaient notamment au rendez-vous ! Preuves, s'il en fallait, que les travaux de gestion et de restauration menés sur ce site depuis plusieurs dizaines d'années portent leurs fruits !

Cette journée de fête fût également l'occasion pour remercier les nombreux donateurs ayant contribué au financement de la dernière acquisition réalisée pour l'extension de cette réserve. Encore un tout grand merci à chacun d'entre eux !

Avril 2022

L’équipe accueille le bureau d’étude NEEMO pour sa visite annuelle.

Le 28 avril, l’équipe du projet accueillait le bureau d’étude NEEMO chargé du suivi du bon déroulement du projet LIFE Connexions. C’est dans la citadelle de Montmedy, construite au 16° siècle, que le Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine accueillait l’ensemble des partenaires.

La matinée a permis de présenter l’état d’avancement du projet après un peu plus d’un an d’activité. L’ensemble des actions prévues dans le projet, pas moins de 23, ont été passées en revue. Après une matinée de présentation, la journée s’est poursuivie sur le terrain. Accompagnée d’un généreux soleil, l’équipe s’est tout d’abord rendue sur la pelouse calcaire de la Côte du Mont afin de présenter les travaux de restauration réalisés par le Conservatoire. L’après-midi s’est poursuivie sur une seconde pelouse calcaire située à Charency-Vezin pour présenter les travaux qui seront prochainement réalisés.

En plus des magnifiques orchidées que nous avons pu observer sur les pelouses calcaires, un pygargue à queue blanche accompagné de trois cigognes blanches nous ont fait la surprise de passer au-dessus de nos têtes, pour le plus grand bonheur des naturalistes que nous sommes !

Mars 2022

Une nouvelle réserve naturelle à Poupehan !

En ce mois de mars 2022, l’équipe du projet a pu concrétiser l’achat de presque 5ha de prairies et de fonds de bois en bordure de Semois, sur le site des « Prés de Laiwé ».

Entretenu depuis de nombreuses années par un agriculteur soucieux de préserver et d’améliorer la biodiversité du site, cet ensemble de prairies est déjà reconnu pour sa haute valeur biologique et pourra désormais bénéficier d’un statut de protection fort en devenant une réserve naturelle domaniale. 

En outre, une partie du site longtemps occupée par des caravanes et aujourd’hui reboisée par diverses essences exotiques sera restaurée de manière à étendre les prairies existantes, et ainsi permettre aux espèces présentes de se maintenir et de s’étendre. En effet, divers inventaires ont déjà pu révéler les richesses de ce site, avec notamment la présence du Nacré de la sanguisorbe (Brenthis ino), de la Succise des prés (Succisa pratensis) ou encore de la Scorsonère des prés (Scorzonera humilis).

 

Février 2022

Le premier chantier de restauration de prairies humides du molinion a débuté !

Cette ancienne zone prairiale abandonnée à son embroussaillement a pu être acquise par Natagora il y a 3 ans pour compléter la vaste réserve naturelle du Baquet, à Doische.

Afin d'y préserver les plantes rares du molinion et de structurer les lisières en faveur des reptiles et des papillons menacés qui y subsistent, des travaux de restauration y ont été menés dans le cadre du projet LIFE Connexions. Ainsi, les quelques lambeaux prairiaux qui disparaissaient sous les fourrés au fil des années ont pu être agrandis et remis en lumière.

Ce travail s’est fait manuellement grâce à Didier, notre super agent de terrain, aidé de la 'BiodiversiTeam', une entreprise qui s’est formée auprès du Réseau Nature de Natagora. Ce travail sera poursuivi progressivement dans les années à venir afin de restaurer tout en douceur ce milieu à très haut potentiel biologique sur plusieurs hectares.

Bientôt, les populations de reptiles comme la Vipère péliade et la Coronelle lisse pourront bénéficier de ces lisières structurées où voletent également un papillon rare, la Lucine. Au sol, on espère voir une espèce d'orchidée typique de ces prairies humides, l'Orchis de Fuchs, s'exprimer pleinement.

Vous souhaitez en savoir plus sur cet habitat rare qu'est le molinion, c'est par ICI !

Janvier 2022

Les travaux de restauration se poursuivent sur les pelouses de Lorraine

Ce lundi 17 janvier a débuté le premier chantier d’abattage sur l’une des pelouses calcaires de la vallée de la Chiers.

La pelouse de la Côte du Mont, située sur la commune de Villécloye (55), est un espace naturel d’une grande richesse floristique et faunistique. Sa situation biogéographique donne un rôle particulier à cette pelouse qui accueille de nombreuses espèces en limite d’aire de répartition septentrionale, absentes ou disparues de la Wallonie voisine.

Un constat est cependant inquiétant : de nombreuses espèces de papillons semblent avoir disparues alors qu’elles restent communes dans le reste du territoire. Il était donc urgent d’agir ! 

Grâce au projet LIFE Connexions, la pelouse bénéficie d’actions de restauration visant une réouverture du milieu. C’est l’entreprise meusienne Sylvitech qui initie ce programme par la coupe d’arbres isolés. Le rétablissement des conditions thermophiles permettra, nous l’espérons, le retour de certaines espèces caractéristiques des pelouses.

Novembre 2021

Extension de la Réserve Naturelle Domaniale du « Plateau des Sorcières » à Clairefontaine

Un bel exemple de connexion écologique

Les populations de Lézard des souches sont bien installées dans la réserve naturelle du « Plateau des Sorcières », en compagnie de plantes rares et typiques des pelouses sur sable comme la Cotonnière naine, l’Œillet deltoïde et la Jasione des montagnes.

Grâce à l’acquisition d’environ 2 hectares supplémentaires et aux futurs travaux de restauration, ces espèces et bien d’autres pourront étendre leur répartition !

La moitié de cette surface, attenante à la réserve naturelle existante, sera restaurée (par coupe des ligneux, étrépage et pose de clôtures) en vue de créer une pelouse sur sable et sera gérée par pâturage de petits ruminants. L’autre moitié fera l’objet d’une création de nardaie et sera gérée par fauche.

Vous souhaitez en savoir plus sur ces habitats si particuliers : www.life-connexions.eu/la-nature-que-nous-protegeons/habitats

Octobre 2021

Travaux de restauration sur les pelouses calcaires de Velosnes

Du 25 au 27 octobre, le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine réalisait les premiers travaux de restauration sur une des pelouses calcaires de Lorraine française.

La pelouse de la Ramonette, située sur la commune de Velosnes, a ainsi pu bénéficier d’un gyrobroyage forestier sur les secteurs de plateaux.

Le diagnostic scientifique a montré qu’il était urgent d’entreprendre des travaux afin d’obtenir la régression des rejets ligneux, mais également de reconquérir d’anciennes surfaces de pelouses colonisées par la végétation arborescente.

Les dernières prospections de 2017 ont permis de recenser 12 espèces d’orchidées sur les 21 connues historiquement. Plusieurs espèces floristiques observées dans les années 1980 semblent avoir disparues localement. Parmi celles-ci, nous pouvons citer : l’Orchis grenouille, l’Adonis d’été, l’Alysson à calice persistant, le Bugle petit-pin et l’Iberis amer.

De nombreuses espèces de rhopalocères observées par le passé (1985, 1993) n’ont pas été revues depuis.

Cette opération de gyrobroyage permettra de restaurer les conditions de sécheresse et de température idéales au bon développement des espèces caractéristiques de cet habitat.

Une gestion mécanique sera priorisée à l’avenir au sein de cette pelouse afin de conserver le milieu ouvert.