Aller au contenu principal

Nous suivre au fil des mois...

Février 2022

Le premier chantier de restauration de prairies humides du molinion a débuté !

Cette ancienne zone prairiale abandonnée à son embroussaillement a pu être acquise par Natagora il y a 3 ans pour compléter la vaste réserve naturelle du Baquet, à Doische.

Afin d'y préserver les plantes rares du molinion et de structurer les lisières en faveur des reptiles et des papillons menacés qui y subsistent, des travaux de restauration y ont été menés dans le cadre du projet LIFE Connexions. Ainsi, les quelques lambeaux prairiaux qui disparaissaient sous les fourrés au fil des années ont pu être agrandis et remis en lumière.

Ce travail s’est fait manuellement grâce à Didier, notre super agent de terrain, aidé de la 'BiodiversiTeam', une entreprise qui s’est formée auprès du Réseau Nature de Natagora. Ce travail sera poursuivi progressivement dans les années à venir afin de restaurer tout en douceur ce milieu à très haut potentiel biologique sur plusieurs hectares.

Bientôt, les populations de reptiles comme la Vipère péliade et la Coronelle lisse pourront bénéficier de ces lisières structurées où voletent également un papillon rare, la Lucine. Au sol, on espère voir une espèce d'orchidée typique de ces prairies humides, l'Orchis de Fuchs, s'exprimer pleinement.

Vous souhaitez en savoir plus sur cet habitat rare qu'est le molinion, c'est par ICI !

Janvier 2022

Les travaux de restauration se poursuivent sur les pelouses de Lorraine

Ce lundi 17 janvier a débuté le premier chantier d’abattage sur l’une des pelouses calcaires de la vallée de la Chiers.

La pelouse de la Côte du Mont, située sur la commune de Villécloye (55), est un espace naturel d’une grande richesse floristique et faunistique. Sa situation biogéographique donne un rôle particulier à cette pelouse qui accueille de nombreuses espèces en limite d’aire de répartition septentrionale, absentes ou disparues de la Wallonie voisine.

Un constat est cependant inquiétant : de nombreuses espèces de papillons semblent avoir disparues alors qu’elles restent communes dans le reste du territoire. Il était donc urgent d’agir ! 

Grâce au projet LIFE Connexions, la pelouse bénéficie d’actions de restauration visant une réouverture du milieu. C’est l’entreprise meusienne Sylvitech qui initie ce programme par la coupe d’arbres isolés. Le rétablissement des conditions thermophiles permettra, nous l’espérons, le retour de certaines espèces caractéristiques des pelouses.

Novembre 2021

Extension de la Réserve Naturelle Domaniale du « Plateau des Sorcières » à Clairefontaine

Un bel exemple de connexion écologique

Les populations de Lézard des souches sont bien installées dans la réserve naturelle du « Plateau des Sorcières », en compagnie de plantes rares et typiques des pelouses sur sable comme la Cotonnière naine, l’Œillet deltoïde et la Jasione des montagnes.

Grâce à l’acquisition d’environ 2 hectares supplémentaires et aux futurs travaux de restauration, ces espèces et bien d’autres pourront étendre leur répartition !

La moitié de cette surface, attenante à la réserve naturelle existante, sera restaurée (par coupe des ligneux, étrépage et pose de clôtures) en vue de créer une pelouse sur sable et sera gérée par pâturage de petits ruminants. L’autre moitié fera l’objet d’une création de nardaie et sera gérée par fauche.

Vous souhaitez en savoir plus sur ces habitats si particuliers : www.life-connexions.eu/la-nature-que-nous-protegeons/habitats

Octobre 2021

Travaux de restauration sur les pelouses calcaires de Velosnes

Du 25 au 27 octobre, le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine réalisait les premiers travaux de restauration sur une des pelouses calcaires de Lorraine française.

La pelouse de la Ramonette, située sur la commune de Velosnes, a ainsi pu bénéficier d’un gyrobroyage forestier sur les secteurs de plateaux.

Le diagnostic scientifique a montré qu’il était urgent d’entreprendre des travaux afin d’obtenir la régression des rejets ligneux, mais également de reconquérir d’anciennes surfaces de pelouses colonisées par la végétation arborescente.

Les dernières prospections de 2017 ont permis de recenser 12 espèces d’orchidées sur les 21 connues historiquement. Plusieurs espèces floristiques observées dans les années 1980 semblent avoir disparues localement. Parmi celles-ci, nous pouvons citer : l’Orchis grenouille, l’Adonis d’été, l’Alysson à calice persistant, le Bugle petit-pin et l’Iberis amer.

De nombreuses espèces de rhopalocères observées par le passé (1985, 1993) n’ont pas été revues depuis.

Cette opération de gyrobroyage permettra de restaurer les conditions de sécheresse et de température idéales au bon développement des espèces caractéristiques de cet habitat.

Une gestion mécanique sera priorisée à l’avenir au sein de cette pelouse afin de conserver le milieu ouvert.

Partager sur :Email